Jeunes graphiste / WebDesigner, comment fixer vos prix ?

4 minutes de lecture

Chère jeune pousse qui a eu la bonne idée de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat créatif, mais qui ne sait pas comment fixer son prix pour ses projets, vous êtes sur la bonne page ! Je vais tenter d’apporter des réponses claires pour répondre à ce sujet sensible et déterminant au bon déroulement de votre activité.

Démarrage : développement d’activité créative :

Au démarrage, votre stratégie de prix sera différente que celle d’un travailleur installé. Il sera intéressant dans un premier temps de proposer des tarifs attractifs pour se constituer un réseau et faire rentrer des projets qui rempliront votre agenda.

Cette phase doit être limitée dans le temps : plusieurs mois, voire une année mais attention de ne pas prendre de mauvaises habitudes. Car travailler sous le prix du marché dévalorise votre travail et risque de vous attirer des clients «lowcost» qui seront toujours centrés sur le prix.

Avec le temps, un peu de chance et de talent, les clients vous choisiront pour vos qualités et le facteur prix sera moins déterminant.

Comment fixer son prix au plus juste en fonction du marché ?

Dans les milieux créatifs notamment, on part souvent sur un prix/jour de travail.

Tarifs observés :
Graphiste junior : 250€
Graphiste expérimenté : 300€ et +
A ce moment vous vous dites, wahou 250€ x 20 jours ouvrés = 5000€ de CA. Sur le papier effectivement c’est exact, sauf qu’en réalité les choses sont bien différentes.

Pour faire un prévisionnel de votre chiffre d’affaires, il faut raisonner en jours ouvrés productifs, cad travail de création pure + gestion de projet facturables.
Dans la typologie des métiers créatifs, sur 20 jours ouvrés un travailleur indépendant performant cumulera environ 12 jours de travail productif facturés soit 250€ x 12 = 3000€ de CA. Si 12 jours vous semble peu, vous constaterez qu’il est difficile d’être plus performant.

Voici les «voleurs de temps productif» qui vous accompagneront tout au long de votre travail et qu’il est important d’identifier pour apprendre à mieux les gérer voire les optimiser :
• Comptabilité : faire un devis (peut prendre du temps sur un gros projet), éditer vos factures, mettre à jour votre comptabilité, effectuer le suivi des encaissements, relancer les clients en retard de paiement, déposer les chèques en banque…etc
Déplacements / RDV : dans les milieux créatifs ils sont rares car nous travaillons souvent à distance. Mais on peut rapidement ajouter une ou deux demi-journées par semaine pour du suivi ou des prises de brief auprès de prospects.
• Développement de compétences : il est fréquent de recevoir des demandes nouvelles qui vont vous pousser à développer vos compétences. C’est passionnant mais c’est encore du temps qui s’envole.
• Traitement des emails : Un début de journée de travail commence toujours avec son lot d’emails, certains rentreront dans le cadre de la gestion de projet que vous aurez pensé à deviser, d’autres viennent juste vous prendre du temps qui ne sera pas facturé.
• Appels entrants : Encore un fois cela peut paraître anodin mais vous pouvez rapidement cumuler 2h de téléphone dans une journée, pour échanger avec vos partenaires sur vos projets, du développement ou avec des clients pour des sujets divers. Une partie sera prévue, une autre sera… perdue.

Je pourrais en lister d’avantage, comprenez qu’il y en a beaucoup et même si ils peuvent sembler insignifiants d’un point de vue extérieur, ils représentent des journées de travail lorsqu’on les additionne. Alors comment mieux optimiser tout ça ?

La gestion de projet : votre nouvel ami

Je ferai un billet spécifique sur ce sujet très important et sous-estimé par les jeunes travailleurs. Avec l’expérience vous constaterez que le temps de traitement des emails, gestion des appels entrants et rendez-vous client est important dans le cadre d’un projet par rapport au temps de travail créatif pur. Il faudra l’estimer au plus juste et le facturer pour être rémunéré proportionnellement à votre travail.

Estimez vos revenus nets en tant que jeune travailleur :

Sur une base de 250€/jours pour un travailleur débutant sur 12 jours facturés, combien pouvez-vous gagner en net/mois ?

Les 3000€ de CA brut vous semblent alléchants jeunes travailleurs ? Mais avez-vous pensé à vos charges et provisions dans tout ça ?
Prenons la configuration d’un travailleur économique qui travail de chez lui, en statut autoentrepreneur, ses charges seront :
• 25% de charges sociales, (à noter qu’au démarrage certains bénéficiaires de l’ACCRE bénéficieront de charges réduites)
• 27% de frais professionnels (médiane de la fourchette utilisée par les impôts pour évaluer l’abattement) licences, déplacements, ordinateurs, papeterie, outils de com,
• 10% de congés. (soit 5,4 semaines de repos/an)

On arrive à 1140€ net par mois (à quelques euros du smic net) avec un temps de travail qui sera potentiellement bien supérieur aux 35h.

Vous constatez donc qu’un prix de 250€/jour sur 12 jours productifs est un minimum pour commencer à travailler. Il ne sera pas raisonnable de passer en dessous. Les leviers pour gagner plus seront d’augmenter votre tarif à la journée, d’optimiser vos voleurs de temps pour grapiller un ou deux jours facturés en plus dans le mois tout en pensant à bien intégrer la gestion de projet dans vos devis.

J’espère que cet article vous aidera dans votre aventure, n’hésitez pas à ajouter vos témoignages et apporter des suggestions !

Vous aimez cet article ? Faites le savoir :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *